10ème Recensement National des Hérons nicheurs

Héron cendré, Héron pourpré, Héron bihoreau, Héron crabier, Héron garde-bœufs, Aigrette garzette, Grande aigrette

Depuis une cinquantaine d’années a lieu le recensement national des Hérons coloniaux. Au départ ciblé sur le Héron cendré, le Héron pourpré, l'Aigrette garzette, le Bihoreau gris et le Crabier chevelu, il a été étendu lors de l'apparition en 1970 au Héron garde-boeuf puis en 1994 à la Grande aigrette. En 1981, le Héron pourpré fut retiré du cadre de ce comptage en raison de la reproduction de l'espèce en roselière, puis réintégré en 1994. Le Butor étoilé et le Blongios nain, dont la reproduction s'effectue en roselière, ne sont pas intégrés dans cette enquête, Depuis 1974, le recensement national des Hérons est devenu officiel avec le label du Ministère chargé de l’Environnement, et fait partie des indicateurs nationaux de la biodiversité mis en place par ce ministère en 1996. Ces recensements nationaux étaient espacés initialement de 7 ans jusqu’en 1981 (1962-1968-1974-1981), puis tous les 4 ou 5 ans (1985-1989-1994), pour s’espacer plus récemment (2000, 2007).

Le prochain recensement en 2014 fait ainsi suite à celui de 2007, qui pour des raisons de lancement tardif a dû parfois s'appuyer sur des données recueillies en 2006 ou 2008 sur certains sites n'ayant pu être recensés en 2007. L'organisation de cette enquête est devenue de plus en plus lourde, avec par l’augmentation du nombre d’espèces et surtout du nombre de colonies et de leur dispersion qui les rendent de plus en plus discrètes et difficile à trouver pour les observateurs. Il n’y avait ainsi que 8300 nids à recenser dans 200 colonies pour la totalité des espèces en 1974, alors qu’en 2007 ce sont plus de 66 000 nids qu’il a fallu recenser dans près de 1400 colonies. De tels recensements nécessitent un investissement considérable de la part des ornithologues de terrain, qui ont été plus de 795 à participer en 2007. Chaque enquête fait l'objet d'un rapport national, dont la coordination est assurée par Loïc Marion de l'Université de Rennes. Dans ce rapport est établi pour chacune des espèces une synthèse de l'évolution nationale des effectifs (nombre de nids et de colonies) ventilés par régions, accompagnée des tableaux et figures correspondants, ainsi qu’une carte nationale de distribution des colonies. L’évolution des effectifs par régions est également illustrée par des figures depuis 1974 par des cartes, et celui du nombre de colonies par départements dans un tableau général en fin de rapport.

Qui ?

En Limousin, le recensement des Hérons nicheurs est coordonné par Robert Gauthier de la SEPOL (r.gauthier87@wanadoo.fr.)

Si vous souhaitez participer à ces comptages, il suffit de s’inscrire au réseau régional en :

  • Créant un compte sur SepolWeb (si ce n'est déjà fait)
  • Ouvrir une session avec votre compte
  • Utiliser le lien "Devenir membre du groupe ARDCIN Limousin" dans le sous-menu de l'enquête.


Quoi ?

Toutes les espèces de hérons nicheurs sont concernées par ce recensement : depuis la dernière enquête de 2007. Le Héron cendré reste de loin l’espèce la plus présente dans l’inventaire régional, aussi bien en nombre de colonie qu’en effectif, comparativement au Héron pourpré et au Bihoreau gris. Sur la région ce sont 47 colonies qui sont répertoriés :

  • 11 pour la Corrèze
  • 15 pour la Creuse
  • 21 pour la Haute-Vienne

Quand ?

La priorité doit être donnée à la tranquillité des oiseaux. Pour les colonies monospécifiques de Hérons cendrés ou abritant des Grandes aigrettes, la période allant de mai à début juillet sera privilégiée, en n’opérant qu’une seule et brève visite afin de ne pas trop déranger les nicheurs. A ces dates, il y a une majorité de jeunes dans les colonies et le risque de pillage d’œufs par les Corvidés profitant du dérangement est ainsi très limité.

Pour les colonies mixtes ou ne comprenant que des Hérons pourprés, Aigrettes garzettes, Hérons bihoreaux, Hérons garde-bœufs et/ou Hérons crabiers, il est préférable de ne recenser qu’en juin ou début juillet, en raison de la nidification généralement plus tardive de ces espèces. Un recensement fin juin permet de distinguer les nichées des petites espèces, ce qui n’est pas le cas avant en raison de la similitude des nids de plusieurs espèces (en cas de doute, estimer la proportion des espèces d’après les adultes en vol ou perchés lors de la visite).

Comment ?

Pour gagner en efficacité, une page accèssible uniquement aux membres ARDCIN Limousin vous permettra d'indiquer vos intentions de réservation. Cette page se trouve dernière le lien "Prospection 2014" du sous-menu de l'enquête.

Que faire de ses décomptes ?

Une fois vos prospections effectuées, il faudra indiquer que vous avez fait le recensement sur vos sites. Pour cela, via la carte "Prospection 2014", il vous suffira de cliquer sur le site considéré afin d'indiquer le nouveau statut.

Ensuite, vous voudrez bien saisir vos résultats dans le web http://www.wnat.fr en indiquant le code étude HERONS 2014.

Technique de comptage

Chaque nid sera compté en vérifiant son occupation par divers critères : aspect général, présence d’adultes ou de jeunes, présence de fientes fraîches (sur la végétation annuelle), présence de coquilles d’œufs, de nourriture. Les évaluations à distance ou basée sur les dires des propriétaires sont fermement déconseillées. Dans tous les cas la visite de comptage devrait être la plus brève et la plus discrète possible, en déconseillant les visites multiples des mêmes colonies.